Anna-Helena Kummerli

Gobelin State Park

Capitol Reef - Hankville - Gobelin State Park

Ensuite, on peut suivre la Fremont-River si douce et si harmonieuse, retraverser une partie de Capitol Reef, pour arriver a Hankville. Avant d’y arriver, nous roulons dans une longue vallée faite de roches grises, ce qui fait un peu pensé à une gravière, mais qui devient, a chaque passage plus intéressant. Tout au long de cette vallée, il y a des châteaux et forteresse et j’invente toujours une histoire de châtelaine, attendant le retour de son chevalier. Pourquoi ne pas rêver un peu?

A mon premier passage a Hankville avec Carmen, nous avions pris de l’essence dans le seul garage du coin. Au magasin du garage, il y avait un homme avec des yeux couleur bleu gentiane que je n’ai jamais oublie. Nous étions tellement sous l’emprise de ses yeux qu’on lui aurait acheté toute la boutique. Aujourd’hui, son garage n’existe plus, mais à sa place, il y a de grandes stations d’essence, plusieurs magasins, un camping et 2-3 motels. Dernièrement, je me suis arrêtée dans une des stations d’essence et en payant, j’ai découvert dans le magasin une petite gamine de 4-5 ans qui jouait, alors que la maman était à la caisse. La fille avait des yeux couleur gentiane, qui n’était pas les yeux de la maman, mais....probablement de l’homme aux yeux couleur lac profond, jamais oublié.

 

A Hankville, la route se sépare. Il y en a une qui descend à Bullfrog et au lac Powell et l’autre à Hite, la marina du début du lac à l’est. C’est à Hite que le Colorado, ainsi que le “Dévil-River” (la rivière du Diable) se jette dans ce qui est aujourd’hui le lac Powell.

L’autre route va vers nord et nous la prenons pour aller découvrir le Gobelin State Park. Apres 30 minutes de route, nous voici partis à la rencontre des petits lutins. C’est à Gobelin State Park que Dieu a eu envie de jouer à Walt Disney. Il nous a donné un parc de petits lutins, de cobolds, de gnomes qui s’amusent bien. La premiere réaction quand on arrive a l’entrée: on se marre! Je peux y aller avec n’importe quelle personne - jeune ou vieille - blasée ou toute neuve, tout le monde a un immense sourire aux lèvres, car ils sont marrants mes petits gobelins. Il y en a qui ressemble à des canards, des phoques, des moutons et toutes sortes d’autres animaux ou de personnages. Tout ça, parce que la pierre s’effrite, devient du sable et ce qui reste encore, pour un temps incertain, devient notre terrain de jeux. L’état d’Utah permet aux visiteurs de s’y promener, de grimper sur toutes sortes de petits monstres, de jouer et de s’amuser. De toute façon, ces figures sont éphémères, car toujours exposées au soleil, au vent, aux intempéries, donc en éternel mouvement. Quand les lutins d’aujourd’hui auront disparus, il y en aura d’autres, car d’autres rochers sont en train de s’effriter et de devenir les lutins de demain. Je ne manque jamais de faire une halte dans ce coin de rêve enfantin et heureux. Lors d’un voyage avec mon neveu Mischa, il s’est donné à cœur joie dans ce “parc d’attraction” et pourtant il a passe 30 ans. On ne peut pas s’empêcher de “retomber en enfance”. Avec un peu de chance, nous verrons sur notre chemin quelques gazelles. Elles aiment ce terrain plat et cette terre “pauvre”, mais comme il y a beaucoup de rochers, elles ne se montrent pas toujours. Il faut que le Dieu des gazelles soit avec nous pour nous les présenter.

Quand nous retrouvons la route principale, il y a juste en face une piste qui part en direction de Canyonlands, dans la partie de « Maze ». Je vous en parlerai plus tard, en racontant mes journées de Canyonlands.

En continuant sur la route principale, nous allons très vite rejoindre la grande autoroute qui part aussi bien à Salt Lake City ou dans la direction opposée vers Denver. Nous allons l’emprunter un petit moment, le temps de dépasser la ville de Green River. Au sujet de Green River, j’ai vécu une jolie histoire à un de mes passages. Nous nous étions arrêtés pour la nuit dans un petit motel et avions demandé, ou il y avait un restaurant qui servait du vin, ce qui n’est pas toujours le cas en Amérique et spécialement en Utah. La dame du motel réfléchit un petit moment et nous dit, qu’il nous faudra un sponsor pour obtenir du vin. Un sponsor? Comment trouver un sponsor dans une ville où on ne connait strictement personne et sans être de renommé mondiale? Elle nous explique le chemin à prendre pour retrouver ce petit restaurant et nous promet d’appeler le propriétaire pour nous organiser notre verre de vin. Nous suivons ses explications et trouvons avec beaucoup de peine le lieu. Ça avait plutôt l’air d’être un garage. Tout était noir et pas très accueillant, plutot un “coupe-gorge”. Finalement on se décide d’entrer et on se trouve effectivement dans un restaurant. Quelques tables simples et un grand bar, ou plusieurs personnes, nous tournant le dos, sont installées. Il y a un gaillard avec un beau Stetson sur la tète qui se retourne en nous criant: “C’est moi votre sponsor - soyez les bienvenus!!” Donc, nous avons eu notre vin pour le repas et lui a eu une bière supplémentaire comme remerciement. Il faut savoir comment ca fonctionne à Green River! Environs 2 années plus tard, je me suis arrêtée avec 2 amies dans le même motel, mais....à la place d’un sponsor, nous avons surtout trouver des cafards dans les chambres et une tuyauterie de salle de bain complètement rouillée qui laissait juste passer un petit filet d’eau rouge, pas très invitant pour une douche. Les choses peuvent changer bien vite aux USA, en bien comme en mal!

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Anna-Helena Kummerli.
Published on e-Stories.org on 02.03.2019.

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Previous title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Travel Stories / My Home Country" (Short Stories)

Other works from Anna-Helena Kummerli

Did you like it?
Please have a look at:

L’HISTOIRE D’UNE PASSION - No 1 - Anna-Helena Kummerli (Travel Stories / My Home Country)
Heaven and Hell - Rainer Tiemann (Humor)